La fin des concessions automobiles ?

Fermées depuis le début du mois de novembre avec la mise en plus du second confinement, le comité national du concept de l’automobile s’inquiète du reconfinement et avançait déjà des chiffres inquiétants après une semaine seulement, avec une baisse de 70% des ventes de voitures neuves ! Bien que subissant également une baisse de ses ventes dans l’hexagone, Tesla se place comme étant le seul constructeur ayant réussi a les augmenter au niveau européen. La marque affiche ainsi un accroissement de 0,2%. Cette performance, du en grande partie aux incitations d’un grand nombre de pays à acheter des véhicules électriques, mais aussi par une mise à disposition des produits innovantes. En effet, dernière ne passe pas par une concession, entreprise indépendante ayant passé un contrat de concession avec un plusieurs constructeurs automobiles. Le contrat de concession exclusif est un contrat par lequel un concessionnaire, le « distributeur », assure sur un territoire déterminé la distribution des produits du concédant. Mais internet a changé la donne de l’achat dans l’univers de l’automobile. S’il suffisait autrefois simplement de se rendre en concession pour acheter, il s’avère aujourd’hui que 97% des achats des voitures commencent en ligne ! Vous l’aurez surement remarqué, depuis de nombreuses années, beaucoup de sites indépendants proposent l’achat en ligne de véhicules neufs de nombreuses marques. Certains d’entre eux vont même jusqu’à proposer la livraison du véhicule à domicile. 

Se mettant ainsi dans l’aire du temps, de nombreuses marques donnaient à leurs clients la possibilité de choisir leur véhicule et les options en lignes, même si la signature se faisait toujours en concession avec un conseiller. 

Mais les confinements successifs semblent avoir changé la donne et les constructeurs proposent désormais l’achat de véhicules en ligne. C’est le cas de Volvo et PSA notamment. Mais cela pose un problème. Les concessions ne seraient alors là uniquement pour l’aspect réparation et entretien des véhicules. Or, le pourcentage de consommateurs faisant appel aux concessionnaires et agents dans le cadre de l’entretien de leur véhicule est en chute depuis 10 ans. Les revenus issus de l’entretien et de la vente de pièces détachées s’effondrent eux aussi pour les concessionnaires. Difficile alors de voir comment l’activité de ces agents et concessions pourrait redécoller et perdurer dans le temps. 

Mais les habitudes des français pourraient bien changer la donne. C’est notamment ce que nous démontre une étude commandée en octobre par le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA), déclarant que « 86% des acheteurs pensant que le contact humain en concession est important, voire très important. Cette considération est d’ailleurs affirmée par le fait que les français visitent en moyenne quatre concessions avant de se décider, et 72% réalisent un essai du véhicule sur place, avant de se décider à acheter. Ainsi, même si les constructeurs remarquent une hausse des visites sur leur site internet, les clients ne se pressent toujours pas pour acheter ! Deux raisons justifient cela. Le budget véhicule pèse lourd dans le budget des ménages. On peut donc facilement comprendre que pour un achat de cette ampleur, le client souhaite bénéficier de conseils et de la possibilité d’essayer son potentiel futur véhicule ! Lorsque la seule possibilité du client consiste à acheter en ligne, il se montre ainsi, de façon assez compréhensible et logique, plus retissant à sauter le pas. De plus, la vente de véhicules en ligne implique, en plus de la motivation de l’acheteur, la possibilité dont ce dernier dispose pour le faire. La chute du pouvoir d’achat et la hausse du taux de chômage en France ne vont arranger.